Vous vous trouvez ici: Archives 2006 Juin  
 ARCHIVES 2006
Janvier
Février
Mars
Avril
Juin

DOUBLE DISCOURS AU VATICAN...

Incorrigible Tincq

Double discours au Vatican sur le sexe et l'amour

LE MONDE | 08.06.06 | 14h18
Le cardinal colombien Alfonso Lopez Trujillo n'est pas réputé à Rome pour la finesse de ses interventions. Président, depuis 1990, du conseil pontifical pour la famille, c'est lui qui incarne au Vatican la ligne la plus intransigeante contre ce qu'il a coutume d'appeler les "attentats" contre la vie (avortement), la famille (divorce, union libre), les " unions charnelles" limitées au "plaisir le plus intense" et les couples homosexuels.

Mardi 6 juin, le "ministre de la famille" du pape publiait un nouveau document va-t-en-guerre contre les unions gays, qualifiées de "couples insolites" parce qu'ils réclament "les mêmes droits que ceux réservés au mari et à la femme".
Le développement de la culture gay fait craindre, écrit-il, une sorte d'"éclipse de Dieu" sur le monde. Après l'Espagne, la Belgique, la Hollande, des pays où il a déjà été légalisé, le mariage homosexuel fait débat dans l'Italie de Romano Prodi.

Cette sévérité dans l'exposé des conceptions traditionnelles de l'Eglise sur le sexe et le mariage n'est pas nouvelle. Mais au moment même où sortait ce document, le pape Benoît XVI prononçait à la basilique Saint-Jean de Latran une allocution sur le thème de l'amour, mais sur un ton diamétralement opposé à celui de son collaborateur colombien.
Pour lui, "les jeunes doivent être libérés des préjugés diffus selon lesquels le christianisme, avec ses commandements et ses devoirs, oppose trop d'obstacles et empêche de jouir pleinement du bonheur que l'homme et la femme trouvent dans leur amour réciproque". Et le pape de souligner que "l'éthique chrétienne ne veut pas étouffer, mais rendre plus fort et vraiment libre l'amour". "C'est le sens des dix commandements, qui ne sont pas une série de "non", mais un grand "oui" à l'amour et à la vie."

Ce sont plus que des nuances qui opposent, sur le sexe et l'amour, le discours du cardinal Lopez Trujillo et celui du pape : d'un côté, le rappel assourdissant de la norme ; de l'autre, une vision positive et libératrice.
Benoît XVI ne remet, bien sûr, pas en cause l'enseignement de l'Eglise sur des sujets qui la mettent souvent en porte-à-faux par rapport à la société moderne. Mais peut-être estime-t-il urgent de le présenter autrement.

A Rome, on dit que les jours du président du conseil pontifical de la famille sont comptés.
Le nouveau(*) pape n'a pas craint de limoger de la Curie certains de ses piliers (le plus récent étant le cardinal Sepe, préfet de la puissante congrégation de la " propagande", expédié comme archevêque à Naples). Mais il se trouve que le cardinal Lopez Trujillo, 70 ans, fut à la Curie celui qui lança la campagne pour l'élection comme pape du cardinal Ratzinger !

Henri Tincq
(*) Après 14 mois de pontificat, il serait grand temps qu'Henri Tincq s'y habitue, et cesse de qualifier Benoît XVI de "nouveau pape"


 

Décidément Tincq est incorrigible.
A lui seul, le titre de l'article est déjà une synthèse!
On peut difficilement aller plus loin dans la mauvaise foi!!!
En tronquant volontairement les propos du Saint-Père -procédé classique de désinformation- on lui fait dire le contraire de ce qu'il a réellement dit, et on le met ainsi en opposition frontale avec son "ministre de la famille", que l'on n'hésite d'ailleurs pas à menacer d'un limogeage prochain (tiens, tiens... mais d'où vient donc cette rumeur, reprise par la Libre Belgique????)
A lire ce monument de désinformation, on a l'impression que Benoît XVI prône l'ouverture et le laxisme, face à un cardinal aussi intraitable que borné, avec lequel il est en totale opposition.
Eh bien non, le Saint-Père n'a nullement libéralisé, encore moins cautionné, ce qui est ici nommé par dérision, et avec des guillemets, les attentats contre la vie.
Il sait simplement l'image déformée de la Religion qui est proposée à la jeunesse (pas directement, évidemment, mais via différentes courroies de transmission) par Tincq et ses semblables. C'est pour cela qu'il y répond en personne. Il faut relire encore ce qu'il dit... On est bien loin des élucubrations tincquiennes.


 

"Adolescents et jeunes ont besoin d'être libérés d'un préjugé diffus contre le christianisme, selon lequel ses commandements et interdits constituent trop d'obstacles à l'amour joyeux, en empêchant notamment de goûter pleinement de l'échange entre homme et femme. Les dix Commandements ne sont pas une série de non mais un grand oui à l'amour et à la vie. De fait, l'amour humain a besoin d'être purifié, de grandir et d'aller au-delà de soi même afin de devenir réellement humain, et d'être un principe de vie vraie et durable, pour réponse en somme à notre demande d'éternité à laquelle on ne saurait renoncer sans se trahir. C'est donc le motif substantiel pour lequel l'amour entre l'homme et la femme se réalise pleinement dans le mariage ".


 

> Sommaire