Vous vous trouvez ici: Humeurs Octobre 2006  
 HUMEURS
Septembre 2006
Octobre 2006
Novembre 2006
Décembre 2006

LA "NOUVELLE INFORMATION"
 

A propos de "la nouvelle information"

Oui, on pourrait parler de la nouvelle information, comme on a parlé des nouveaux pauvres, ou de la nouvelle économie.

Patrice de Plukett y consacre un intéressant billet, intitulé "Internet bouscule le jeu"

On sent, en effet que les grands medias acceptent difficilement d'être dépossédés de leur monopole de l'information, un peu comme les syndicalistes refusent de perdre leurs prétendus "acquis sociaux". Ils ont du mal à admettre qu'ils exercent actuellement une profession sinistrée (d'ailleurs une profession qui se féminise est une profession qui se paupérise, ce n'est peut-être pas agréable à entendre, mais c'est ainsi, et c'est une femme qui le dit ici).
Ce n'est sans doute pas uniquement leur médiocrité qui est en jeu... Ils subissent simplement une mutation, un choc, tout comme de nombreuses professions en ont subi, au cours de la dernière décennie.
Ils tentent donc d'ultimes diversions, les parades de la dernière chance.
En particulier, ils cherchent à canaliser les connexions sur Internet, cela saute aux yeux. Pour donner un exemple, chaque matin vers 6h45, il y a sur Europe 1 un "journal des blogs", recensant en effet les "blogs" que nous sommes fermement invités à visiter. Même chose sur la page d'accueil du Monde, et de Libération.
Manoeuvre grossière. Les blogs cités vont tous dans le même sens politiquement correct, quand ce ne sont pas carrément les blogs des politiciens(ciennes) et des journalistes vedettes des "grands" medias....
Là, j'ai envie de dire "Stop à l'arnaque!!"
Nous subissons déjà ces gens à la télévision, à la radio, dans les journaux, à longueur de journées, de colonnes et d'antenne, si c'est pour les retrouver en plus sur Internet, je résilie immédiatement mon abonnement au haut débit d'Orange.
Sur Internet, je suis libre (à peu près), je ne tape d'ailleurs pratiquement jamais l'adresse d'un site dans la barre du navigateur, j'interroge un moteur de recherche, et je suis les liens qui me paraissent intéressants. C'est une tout autre démarche.


Dominique Wolton se trahit...

Sur ce sujet, je viens de retrouver dans mes archives un témoignage éloquent du dépit hargneux et de la scandaleuse mainmise des medias conventionnels sur l'information.
Qu'on se souvienne, c'était en août 2005.
Zinedine Zidane, après avoir "entendu des voix" (!!!) avait décidé de reprendre sa place dans l'équipe de France de football. Et il avait choisi d'en faire l'annonce via son site internet, et, si j'ai bien compris, un opérateur de téléphonie. Que n'avait-il fait là? L'icône menaçait dangereusement de se briser, cette "trahison" était, aux yeux des medias, plus grave que le fameux "coup de boule" asséné 11 mois plus tard à un joueur italien.
Europe 1 a choisi ce jour là de recueillir l'avis d'un charlatan "spécialiste des medias" dénommé Dominique Wolton (*). Ecoutez ce qu'il dit, cela dure 2 mn, et c'est ahurissant!!! Et il ose invoquer la démocratie!
democratieetinformation.mp3 [1 909 KB]
" [ sur Internet] il n'y a aucun filtre... La grandeur de la démocratie, c'est quand l'information est contôlée par les journalistes.... si Internet se substitue à la presse, il n'y a plus aucun contre-pouvoir au discours des acteurs qui s'expriment habituellement..."

On ne peut être borné au point de ne pas comprendre les raisons de son angoisse. Une "régulation" est peut-être en effet nécessaire. Mais d'une part, quand cette régulation est exercée à son profit par un seul groupe, qui exclut totalement les autres sous un faux prétexre de déontologie , si de plus ce groupe est constitué de ceux qui se réclament du libéralisme économique, et de son pendant, la permissivité morale (cf Benoît XVI), il est permis de n'éprouver aucune compassion.
-----------------------------------------
(*) Pour le situer, voilà sa biographie, recueillie... sur Internet.
...Licencié en droit et diplômé de l'Institut d'Etudes Politiques de Paris, il soutien en 1973 une thèse en sociologie sur La mutation des moeurs. Il entre en 1979 au Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), il crée en 1988 le laboratoire "Communication et Politique". Il dirige depuis 2000 le laboratoire "Information, Communication et Enjeux scientifiques" ainsi que la revue Hermès.
Il est par ailleurs administrateur de France Télévisions. Dominique Wolton est l'auteur de nombreux ouvrages sur la communication dont "Internet et après ? Une théorie critique des nouveaux médias" (Flammarion, 1999), de "L'autre mondialisation" (Flammarion, février 2003) et de "Il faut sauver la communication" (Flammarion, février 2005).


 

> Haut de Page